LAURET, ROC DES MATES 2018

Samedi 7 avril, c’est mon anniv et je suis à fond dans ma prépa. L’eau est de rigueur. De rigueur jusqu’à l’arrivée surprise d’une bonne vingtaine d’amis. Vin et rhum ont raison de ma journée de jeun.
« Mais, tu es sur que tu cours demain ? »

« Restes chez toi »
« T’inquiètes pas, demain il pleut, tu auras une excuse »
Bon, c’est décidé demain grasse mat !!
Mais ça, c’était avant les SMS de Lolo (Laurent Boudon) « On te récupère demain » J’essaie bien de me débiner, mais ca ne marche pas. Le rendez vous est pris, demain 8h30.

Dimanche 8 avril
Je me lève avec cette mauvaise sensation de bouche pâteuse, j’ouvre les volets et M… il ne pleut pas. Bon maintenant, c’est sur je suis condamné.
Départ pour Lauret, Nous récupérons nos dossards cette fois sous la pluie.

On retrouve d’autres CRCtistes ravi d’être sous la pluie. Un petit coucou de Claude Razon au micro qui voit la délégation Castritote arrivée.
La pluie se calme et je m’avance sur la ligne de départ. Tactique du jour : Ne pas vomir.

C’est parti ! Pas le vomi, la course. Je me glisse dans le peloton de tête pour ne pas être gêné aux premiers monotraces.
Ca monte, ça monte et ça monte. C’est vrai, je ne l’ai pas précisé 500 D+ pour 15km.

Le paysage est magnifique !! Non je plaisante, je ne vois rien, je ne regarde que mes pieds ça glisse de trop.
Finalement, la première partie se passe sans encombre. Mais, c’est quoi ce bruit ? Quelqu’un agonise à coté de moi ? Vite les secours !!! Non, c’est bon c’est Fred Gimilio avec sa respiration caractéristique MDR.
Point le plus haut avec une superbe vue comme récompense et un chrono pas dégueulasse. 7,5 km 400 d+ en 50 minutes. Un peu de rhum au ravito… euh je m’égare, du coca je voulais dire.
Et c’est parti pour la descente, c’est plus facile quand même. Je vois Fred, en contrebas j’essaie de le rattraper, mais rien n’y fait, il va trop vite.
J’arrive, Ouf !
Résultats : Fred Gimilio 1h30, Moi 1h31, Guillaume March 1h35, Laurent Boudon 1h36, Olivier Pistat 2h00, Manuela Lima 2h01 et enfin Sophie Boudon en 2h03. Il y avait un autre membre du CRC, qu’il m’excuse je ne connais pas son prénom.
Une petite bière pour la récup et un bon ravitaillement, digne d’une célèbre course à Castries

Moral de l’histoire : Alcool le samedi, le dimanche tu en chies.

Philippe REI LUCAS.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.